La douleur affecte toujours le comportement

Share this post

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on reddit
Share on email

(Click here for the blog in English)

Turid Rugaas a tendance à répéter les choses encore et encore. L’une d’elles est “la douleur affecte toujours le comportement”. Cela semble assez évident. Mais il m’a fallu toutes ces années de travail pour vraiment comprendre cette simple idée et je continue à m’étonner de ses implications dans mon travail. La dernière de mes épiphanies est survenue il y a moins de quelques semaines lorsque j’ai réalisé sur Romeo un traitement de myothérapie.

Romeo fait partie d’un ensemble de chiens avec lesquels je travaille, où le mystère reste non résolu. Il marche très vite, ne ralentit pas pour renifler et a des comportements frénétiques à la maison qui peuvent être facilement reconnus comme des «comportements liés à l’hyperactivité». Nous avions utilisé tous les éléments de notre boite à outils et pourtant nous ne pouvions pas le faire se calmer. Il n’est pas le premier chien avec ce type de problème et tous ces cas sont restés ouverts dans mes dossiers.

Puis, il y a environ cinq ans, j’ai brièvement rencontré Julia Robertson qui nous a appris à chercher des signes d’inconfort musculo-squelettique. Après cela, j’avais l’impression de voir un inconfort dans la plupart des cas de type « Roméo ». J’ai eu du mal à croire que tant de chiens pouvaient ressentir de l’inconfort et je n’avais pas suffisamment confiance en mes propres capacités d’observation. Cela mis à part, je n’arrivais pas à convaincre quelqu’un d’autre que cela pourrait être lié à l’inconfort, parce que ces chiens n’avaient pas vraiment l’air d’avoir mal. Ils ne boitaient pas, ne jappaient pas et ne se débattaient pas. Ils étaient hyperactifs et courraient la plupart du temps. Ainsi, les propriétaires trouvaient qu’il était impossible de croire que leur chien éprouvait de l’inconfort.

Cependant, l’hyperactivité chez ces chiens est en réalité assez facile à expliquer et peut en fait être le résultat de la douleur elle-même. La douleur, la douleur chronique en particulier, est connue pour augmenter les hormones comme l’adrénaline et le cortisol. L’adrénaline a également une propriété d’engourdissement de la douleur qui peut également devenir addictive pour un chien dans la douleur et ainsi pourrait encourager un chien à s’engager dans des activités qui augmentent ces hormones. Des niveaux élevés de ces hormones ont pour résultat une hyperactivité (l’incapacité de se calmer) – ce qui rend le chien « hyperactif! »

L’idée, cependant, est difficile à digérer. Nous ne sommes pas habitués à voir la douleur sous la forme d’un chien hyperactif. Les propriétaires visualisent l’hyperactivité comme le chien étant juste “hyper heureux”. Et je n’avais pas les compétences pour les amener à réaliser que cette hyperactivité et ce « bonheur » n’étaient pas les mêmes.

Il y a environ trois ans, j’ai commencé à étudier pour devenir myothérapeute. C’est à ce moment-là que j’ai pris confiance et que je n’imaginais pas que cette gêne-hyperactivité se connecte. Vers cette époque, certains des premiers cas que je soupçonnais d’inconfort musculo-squelettique revenaient avec un diagnostic de dysplasie de la hanche, d’arthrite, de subluxation patellaire, etc. Apparemment, ces maladies prennent du temps à se voir sur les rayons X, voire jamais. Donc, maintenant j’étais dans une position où je savais que l’hyperactivité était, dans une certaine mesure, liée à l’inconfort. Mais cela n’expliquait toujours pas pourquoi Romeo ne reniflait pas ses promenades.

L’adrénaline est connue pour rendre difficile la concentration. Les chiens ont aussi du mal à se concentrer. Cela pourrait être une explication. Mais je sais que ce n’était pas ça. On estime que l’odorat d’un chien se situe quelque part entre quelques centaines de milliers de fois et quelques millions de fois mieux que le nôtre. Si les chiffres n’ont pas de sens, considérez ceci, un chien reniflant les excréments d’un autre chien est probablement capable de déterminer les détails suivants sur le chien qui a laissé ses excréments:

  • Le chien est-il malade? -Est-ce que la chienne est en chaleur?
  • Qu’est-ce que le chien a mangé?
  • Sexe du chien -Peut-être l’âge du chien
  • De quelle direction est venu le chien?
  • Dans quelle direction est parti le chien?
  • Et quand tout cela est-il arrivé?

Oui … ça sonne vraiment comme si les chiens peuvent sentir le temps!

Compte tenu de tout cela, je ne peux tout simplement pas réaliser comment un chien ne s’engage pas dans ce qui pourrait être l’une des expériences les plus enrichissantes de sa vie et le moment clé de sa journée. Bien sûr, il se peut que le comportement ait été effacé par l’humain et c’est triste quand cela arrive. Mais ce n’était pas le cas avec Romeo. Dans certains cas, c’est une condition psychologique réelle comme l’impuissance acquise, la dépression, l’anxiété, etc. Mais pas avec Romeo. Il n’avait pas perdu le désir de découvrir son monde. Au contraire, il avait une envie de chiot. Mais il n’était pas intéressé à mettre à profit son odorat, ce qui n’a aucun sens, étant donné que le nez est l’organe sensoriel le plus puissant et de loin! (cf liens en bas de l’article).

Cependant, comme je savais que Romeo avait définitivement un inconfort musculo-squelettique, nous avons commencé les traitements de myothérapie dès mon diplôme. Pendant le traitement, il a attiré mon attention sur un point de sa vertèbre lombaire. J’ai suivi son indication et travaillé dessus. Sa réaction m’a dit que c’était cette région qui le dérangeait le plus. Avec cette connaissance, j’ai examiné la vidéo avant et après. Au début, je ne pouvais pas voir grand-chose. Mais j’ai demandé le regard extérieur de mon mari et il a remarqué que le rythme auquel il marchait était significativement différent. Il avait ralenti. Cela a attiré mon attention sur ce qu’il faisait quand il a ralenti et j’ai remarqué qu’il reniflait BEAUCOUP plus. Il explorait plus et il y avait aussi une flexion dans sa vertèbre lombaire. Bingo!

C’était la dernière pièce du puzzle et soudain tout est devenu clair. Il ne reniflait pas parce qu’il ne pouvait pas le faire. Le reniflement est incroyablement apaisant et c’est pourquoi mes clients sont encouragés à faire des « expéditions de reniflage”. Mais le pauvre Roméo ne pouvait pas renifler. Cela signifiait qu’il marchait vite, s’énervait, tirait, ce qui augmentait l’adrénaline (l’excitation produit également de l’adrénaline). L’adrénaline masque la douleur. Il était donc devenu facile pour Romeo de s’engager dans des mouvements qui aggravent le problème et nous étions dans une spirale négative, au lieu d’apaisement.

Maintenant que nous savons ce que je peux faire pour Romeo. Je ne suis pas encore sûr, mais c’est un point de départ. Sa maman devra travailler avec une équipe de plusieurs professionnels de la santé qui s’attaquent au problème sur différents aspects. Un diagnostic, les interventions médicales nécessaires, les aliments anti-inflammatoires, la construction des bons muscles et le relâchement de la tension pourraient aider à améliorer son sentiment de bien-être. S’il se sentait mieux, il pourrait recommencer à renifler, ce qui le calmera, ce qui lui permettra de se débarrasser de son hyperactivité et des comportements qui en découlent.

Clairement, aujourd’hui, nous pouvons faire beaucoup pour nos chiens, mais « savoir » c’est la première étape. C’est pourquoi Turid Rugaas insiste sur le fait qu’un consultant en comportement doit apprendre à voir la douleur / l’inconfort / le malaise chez les chiens. Trois livres étaient sur notre liste de manuels (pendant sa formation) et je les liste tous les trois à la fin de cet article. Permettez-moi de vous laisser avec un dernier exemple qui souligne le besoin pour les experts en comportement animal de savoir comment rechercher des indicateurs de bien-être.

Je vois souvent des cas de réactivité alimentaire chez les chiens. Bien sûr, il s’agit parfois d’une question de comportement, peut-être liée à un traumatisme passé ou à une autre raison. Cependant, il existe plusieurs problèmes de santé qui peuvent également entraîner ce comportement et, le plus souvent, ne pas être détectés. Considérez ce qui suit:

  • Si un chien a une maladie de malabsorption comme le PEV, pancréatite, IBS, MII, il est susceptible d’avoir faim tout le temps, et d’être souvent réactif autour de la nourriture. Il n’y a pas trop d’autres symptômes externes, à l’exception de selles volumineuses dans certains cas.
  • Un chien ayant une fracture de l’os hyoïde (os de la langue) peut éprouver de la douleur en mangeant ou en buvant et pourrait donc être réactif autour de la nourriture en général. De nouvelles études montrent une forte corrélation entre les chiens tirant sur les colliers et les os fracturés. Cet os n’est presque jamais radiographié.
  • L’hypothyroïdie peut expliquer beaucoup de comportements liés à la réactivité. La maladie est difficile à détecter à un stade précoce et la plupart des tests de laboratoire ne sont en mesure de le confirmer qu’après la destruction de la glande de près de 70%. La glande est un organe doux qui se trouve dans le cou, exposée à des dommages au collier et peut donc souvent être “l’explication cachée”.
  • Un problème musculo-squelettique au niveau des muscles et des articulations (épaules, cou, hanches, coudes, ischio-jambiers, adducteurs, etc.) peut rendre difficile la flexion et ainsi provoquer une anxiété autour de l’alimentation ou de la boisson.

Ce ne sont là que quelques-uns des problèmes qui pourraient l’expliquer. Il y en a beaucoup d’autres, y compris les problèmes d’oreille, les sensibilités alimentaires, les maladies autoimmunes, les problèmes de vision, etc. Presque tous ces problèmes sont susceptibles de se présenter au premier abord comme un problème comportemental donc il est impératif de savoir le reconnaître et diriger le chien vers le bon professionnel pour la bonne solution. Turid a raison quand elle dit: «La douleur affecte toujours le comportement», et j’en apprends lentement l’étendue complète de cette affirmation plutôt profonde lorsqu’il s’agit du monde du comportement animal.

Traduction par : Cristina Gomes Budzinski Home

A propos de l’auteur
sindhoorchinna-3Sindhoor est une consultante en comportement canin, myothérapeute Galen et éducateur à Bangalore, en Inde. Elle est la représentante nationale de Pet Dog Trainers of Europe (PDTE) et la fondatrice de BHA, une première académie canine pour l’éducation et Bangalore Hundeskole, un service de consultation pour les soins holistiques canins. Sindhoor étudie également des chiens en liberté en Inde et, bien qu’elle porte de nombreux casquettes, être maman de deux chiens extraordinaires – Nishi et Tiggy, qu’elle considère comme son inspiration et ses plus grands professeurs est son rôle favori.

Suggested Reading

  • Speaking for Spot du Dr. Nancy Kay parle de plusieurs problèmes de santé courants et des façons pour les propreétaires d’animaux de compagnie de repérer rapidement les maladies et de savoir comment agir en conséquence.
  • On Talking Terms with Dogs de Turid Rugaas illustre comment les chiens expriment le stress, et ce même dès les premiers signes d’inconfort.
  • Inside of a dog d’Alexandra Horowitz qui explique la puissance du nez du chien
  • Why Zebra’s Don’t Get Ulcers du Dr Robert Sapolsky, qui explique la connection stresshormones. Ce n’est pas spécifique au chien, et permet de comprendre ces hormones chez les humains. Mais la plus grande partie est applicable aux chiens aussi.
  • The Canine Thyroid Epidemic Answers You Need For Your Dog du Dr Jean Dodds apporte des éclaircissements sur tous les aspects de cette maladie, y compris expliquer pourquoi elle est sous détectée, pourquoi elle croit que c’est une épidémie, les causes, les symptômes et quoi faire à ce propos.
  • Physical Therapy and Massage for Dogs de Julia Robertson, qui vous aidera au moins à commencer à détecter des signes d’inconfort.
  • Tongue to Tailde Julia Robertson, une autre excellente ressource, mais est en format DVD. Si vous avez un lecteur de DVD, à voir absolument.

Pawnder

Pawnder is a FREE newsletter that brings you the most up to date and reliable information that can help you care better for your dogs.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Featured

Featured in NatGeo

We are proud to announce that Sindhoor, the director of BHARCS was recently featured in a National Geographic bookazine called “The Genius of Dogs”. The

Read More »

Contact Us

Social Media

Pawnder

Pawnder is a FREE newsletter that brings you the most up to date and reliable information that can help you care better for your dogs.